Actualités

Du stand up paddle à Paris pour les JO 2024 ?

Selon le journal "L'Equipe", la Fédération internationale de surf et la Fédération française de surf ont transmis un dossier au CIO pour faire du paddle une discipline olympique lors des JO de Paris en 2024. La décision sera connue en décembre.
Du paddle sur la Seine à Paris pendant la Traverseine 2020

Le paddle sera-t-il une discipline olympique en 2024 pour les JO de Paris ? A en croire le journal L’Equipe, mercredi 7 octobre, l’idée a germé dans la tête du président de la Fédération internationale de surf (ISA), Fernano Aguerre, comme dans celle du président de la Fédération française de surf, Jean-Luc Arassus. La proposition a donc été transmise à la direction des spots du Comité international olympique (CIO), « qui n’a pas fermé la porte, bien au contraire ». « Les discussions sont assez positives. L’ISA et le CIO ont à ce jour poussé loin le sujet », indique à L’Equipe une source « proche du dossier ».

Toujours d’après L’Equipe, l’idée serait d’organiser la compétition dans la capitale, sur « un format très réduit en nombre d’athlètes » (seulement 10 hommes et 10 femmes), pour « une organisation à prix modique et facile à mettre en place ». A la clé : de belles images de paddleurs sur la Seine au pied de la Tour Eiffel, une chance supplémentaire de médailles pour la France, et surtout un fabuleux coup de projecteur sur la discipline.

« Pour le paddle, cette perspective d’être aux Jeux modifierait notre capacité de développer la discipline sur le territoire national. »

Jean-Luc Arassus, président de la Fédération française de surf, dans « L’Equipe ».

Une course ouverte aux amateurs après la course olympique ?

Cerise sur le gâteau : Jean-Luc Arassus imagine également une course ouverte aux amateurs, dans la foulée de celle des athlètes olympiques, en suivant l’exemple du marathon. « On pourrait mettre deux mille personnes sur la Seine en train de ramer, ce serait extra », salive d’avance le président de la fédé française.

Reste à savoir si le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJO), présidé par Tony Estanguet, et le CIO seront sur la même longueur d’ondes. Le COJO étant pour l’instant, comme le note L’Equipe, « plutôt occupé à faire des économies de budget à tout prix, avec un plan de réduction des coûts de l’ordre de 300 à 400 millions »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :